Radiologie : une pratique multidisciplinaire

radiologie

Il est des spécialistes dont on ne mesure pas toujours l’importance, du moins pas à sa juste valeur. La raison ? La méconnaissance populaire qui l’entoure… C’est notamment le cas pour les médecins radiologues. Quel rôle jouent-ils ? On fait le tour de la question !

Un superviseur dans l’ombre

Radiographie, mammographie, IRM, scanner, doppler…S’il est courant d’aller passer des  « radios », comme on aime à les appeler généralement, dans un centre de radiologie ou au sein d’un autre établissement de santé, il n’est toutefois pas systématique de rencontrer le médecin radiologue. Pourtant, il joue un rôle essentiel dans la lecture de ces images. Le spécialiste fait office de superviseur au sein de la structure : il analyse et décrypte les mystérieux maux qui se cachent dans les clichés. En effet, si le radiologue ne rencontre pas automatiquement le patient, tout acte d’imagerie médicale, quel qu’il soit, fait l’objet d’un examen attentif de sa part. Finalement, il va rédiger un compte-rendu précis des observations tirées des images, qui sera alors transmis au médecin à l’initiative de l’examen.

radiologue

Un spécialiste aux multiples facettes

Si l’on suit le parcours santé initial, la venue dans un centre de radiologie pour un acte d’imagerie médical résulte d’une décision du médecin généraliste. Ainsi, le médecin radiologue analyse les images sur ordonnance du médecin traitant. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est demandé aux spécialistes en radiologie de se montrer efficaces et polyvalents. Si, généralement, le généraliste pose les bases, c’est bien souvent le médecin radiologue qui établit le diagnostic d’une pathologie. Ainsi, il est essentiel que le professionnel des techniques de l’imagerie à rayonnement possède un savoir des plus larges et étendus. Le parcours d’étude exigé l’atteste : après l’obtention d’un baccalauréat en filière scientifique (de préférence), le futur spécialiste se doit d’entrer en faculté de médecine et, surtout, de réussir la première année de sélection. Après six années à étudier les diverses disciplines de la médecine traditionnelle, le radiologue en devenir doit valider son internat en réussissant le concours. Une fois toutes ces étapes franchies, l’étudiant aura la possibilité de choisir la radiologie comme discipline majeure pour continuer sur cinq années de spécialisation intense, ponctuées de stages et autres expériences formatrices.

Grâce à ces compétences aussi poussées qu’elles sont variées, le radiologue pratique d’autres types d’interventions médicales telles que des prélèvements comme des biopsies notamment. De plus, le spécialiste est souvent sollicité dans le cadre d’un suivi pour longue maladie, pour un patient atteint d’un cancer par exemple. Ainsi, le radiologue sera en mesure d’évaluer l’évolution de la pathologie sur le long terme.

Un diagnostic final capital

En cas de doute au sujet d’une fracture, d’une infection ou même d’une pathologie, le médecin généraliste (ou autre spécialiste de santé), s’en remet alors au domaine de la radiologie pour confirmer ou infirmer ses premières suppositions. Ainsi, le radiologue constitue le maillon final de la chaîne : son diagnostic va permettre d’adapter le traitement et la prise en charge au patient en question et aux maux dont il souffre.

Radiologie : une pratique multidisciplinaire
User Rating: 0 (0 votes)
Feedagora est un blog de passionnés de la vie avec un grand V. Lifestyle, santé, sexo, bien être, psycho... Découvrez notre univers et trouvez de nombreuses réponses à vos questions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*