Les bases de la médecine chinoise

base medecine chinoise
Les bases de la médecine chinoise
User Rating: 0 (0 votes)

Définition

La médecine chinoise est apparue en Chine en Chine 3000 ans avant Jésus Christ, au temps où vivaient les grands empereurs mythiques. Selon l’OMS, la médecine chinoise définit la santé comme un état de bien-être physique, mental et social. Dans la Chine traditionnelle, la notion de santé inclut la longévité, le bonheur et l’absence de maladie. Elle a une approche holistique de l’être humain. Contrairement à la médecine classique qui envisage la maladie de façon isolée, la médecine traditionnelle chinoise conçoit la maladie comme le résultat d’un dysfonctionnement énergétique globale.  Le but des praticiens en MTC est alors de rétablir une circulation énergétique fluide dans l’organisme et dans ses échanges avec l’environnement. Pour cela les thérapeutes utilisent des les plantes médicinales, la diététique, l’acupuncture, la réflexologie (acupression, massages tuina, automassages) ainsi que les exercices énergétiques (Qi Gong, Tai Chi) afin de soigner ou prévenir les troubles

Les bienfaits pour la santé

La médecine chinoise est un système de guérison utilisé depuis la nuit des temps dans les pays d’Asie. Il connaît une reconnaissance grandissante en Occident depuis son entrée en 2010 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Sa grande sagesse est d’envisager l’être humain de façon global en intégrant une dimension physique, une dimension émotionnelle, une dimension mentale et une dimension spirituelle. L’être humain n’est pas séparé de son esprit comme l’envisage la médecine classique et il n’est pas coupé de son environnement.

La médecine chinoise est une excellente médecine préventive. Elle cherche avant tout à entretenir la santé par un ensemble de techniques et exercices (Qi Gong, massages..). En s’assurant que l’énergie ou Chi circule correctement dans l’organisme, le thérapeute agit en amont de l’apparition de maladie. Selon la conception chinoise, lorsque la maladie est là il est déjà trop tard.

Toutefois, la MTC obtient de bons résultats dans le traitement des troubles cutanés, musculosqueulétiques, digestifs, respiratoires, génitaux et hormonaux. Elle soigne également bien certaines infections et certains problèmes liés aux émotions.

Les différences avec la médecine occidentale

Alors que la médecine classique en  Occident est fondée sur  les résultats de la science empirique moderne.  En revanche la médecine chinoise appuie ses théories sur un ensemble de textes anciens issus de la pensée traditionnelle chinoise (taoïsme, bouddhisme, confucianisme).

La médecine occidentale a pour démarche de supprimer les symptômes de la maladie. Par exemple, le médecin va soigner un mal de tête lorsque le patient a des maux de tête. La médecine chinoise a une démarche holistique du corps humain, c’es à dire que toute partie du corps est reliée et interdépendante de l’autre.

La médecine chinoise s’appuie sur les capacités d’auto guérison du corps humain liées aux lois de la nature. Elle est donc une médecine préventive car selon la conception chinoise, lorsque la maladie est là, il est déjà trop tard. En revanche, la médecine occidentale va supprimer les symptômes de la maladie lorsqu’ils apparaissent sans vraiment chercher à déterminer en amont les causes.

Une approche unique

Prenant ses origines dans la tradition taoïste, la médecine traditionnelle chinoise se fonde sur la théorie selon laquelle chaque organe du corps humain est interdépendant des autres et évolue dans une relation continue. Ainsi pour qu’un organe soit en bonne santé, il doit être équilibrée énergétiquement. Cet équilibre est le fruit de l’harmonie de forces complémentaires à l’œuvre partout dans l’univers : le Yin et le Yang.

Un autre principe clef en médecine chinoise est celui de l’énergie vitale, ou Qi. Cette énergie évolue dans le corps physique en passant par différentes voies: les méridiens. D’après ce principe, la maladie, les problèmes physiques, émotionnels ou mentaux, se manifestent lors de blocages dans la circulation de l’énergie. Le but du thérapeute en MTC est alors de restaurer une circulation énergétique saine et fluide de façon à équilibrer le Yin et le Yang.

Les méthodes de traitements

Il existe plusieurs branches en médecine traditionnelle chinoise plus ou moins connues. La branche la plus célèbre en Occident est l’acupuncture. Elle a été reconnue en 2010 par l’UNESCO en intégrant le patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Voici les 5 branches de la médecine traditionnelle chinoise :

  • L’acupuncture. Elle correspond à des techniques de stimulation de points d’acupuncture le long des méridiens par le biais de fines aguilles métalliques, de façon à rétablir l’harmonie de la circulation énergétique au sein du corps.
  • Les massages. Il s’agit de l’ensemble des techniques de massages chinois allant du massage tuina aux techniques d’automassages, visant à renforcer la santé physique, l’équilibre psychique et émotionnel.
  • Les exercices énergétiques (Taïchi, Qi Gong). Ceux-ci cherchent à tonifier l’énergie vitale par le biais  d’exercices corporels.
  • La diététique chinoise. Elle s’appuie sur propriétés énergétiques des aliments afin de prévenir l’apparition des maladies.
  • La phytothérapie ou pharmacopée chinoise. Elle correspond à l’art de soigner par la prescription de plantes médicinales présentées sous différentes formes (décoctions, gélules, préparations), afin de guérir les maladies.

La médecine chinoise, utilisée depuis des millénaires en Asie, gagne en popularité en Occident. Utilisée en France maintenant dans le traitement de certaines maladies graves, la médecine chinoise est en passe de devenir une médecine majeure du XXI ième siècle.

Feedagora est un blog de passionnés de la vie avec un grand V. Lifestyle, santé, sexo, bien être, psycho... Découvrez notre univers et trouvez de nombreuses réponses à vos questions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*